The Brooks

funk / soul

Il faut par moment, savoir explorer les contrées les plus froides pour découvrir le son le plus ardent ! The Brooks, savant mélange soul/funk vient bousculer les repères géographiques…Nommé “secret le mieux gardé du funk canadien” par La Presse québécoise, le groupe The Brooks se compose de musiciens accomplis et reconnus dans le milieu soul/funk outre-atlantique.

The Brooks c’est la rencontre d’instrumentistes experts, mené par Alexandre Lapointe, et du frontman Alan Prater, showman à l’énergie inouïe, ayant côtoyé les plus grands noms de l’industrie. Un combo gagnant et flamboyant, passionné et expérimenté, qui attise le feu sacré à chaque passage.

Un propos musical solide dans sa réalisation et limpide dans sa transmission. Une puissante machine à groove, une force motrice dans son milieu, qui va au-delà de l’interprétation et de l’exercice de style.

L’esthétique du groupe condense 50 ans d’évolution de musique afro-américaine, tant dans la forme que dans le fond. On retrouve dans les lives et les disques : la minutie et la rigueur d’un James Brown, le volupté d’un D’Angelo, le charisme d’un Fela Kuti, l’ouverture inter-générationnelle d’un Herbie Hancock et l’innovation d’un J Dilla.

La démarche des Brooks est inspirée par ces héros de la musique, qui n’ont pas laissé leurs messages se faire dicter par les tendances et les formats. Tout comme ces faiseurs d’histoire, c’est hors des circuits conventionnels, dans la sueur et la rigueur, que s’est construite leur réputation.

Des acharnés du travail, unis dans un projet, où plaisir et totale liberté artistique sont les seuls maître-mots. En huit années d’existence, avec un EP et deux albums, The Brooks collectionne déjà prix et nominations (GAMIQ, Independent Music Awards, ADISQ…) et s’est construit une solide réputation dans le milieu indé québécois.

“Huit musiciens qui forment un indéfectible alliage de plaisir et de précision. […] En collectif, la force de frappe est indéniable. Et comme chacun a aussi ses occasions de briller en solo, l’effet «wow!» s’en trouve décuplé. Les gars ont surtout l’air de prendre leur pied. Et à voir le parterre sauter et se déhancher, leur plaisir est contagieux”

– Geneviève Bouchard | Le Soleil

Fruit de rencontres, de voyages et de sollicitations, le groupe s’est formé de lui-même, spontanément sans stratégie initiale. La forme première des Brooks est un exutoire, hors du rôle de “requins de studio” et pleinement dans celui de créateurs. Des éminences grises qui sortent de l’ombre, pour diffuser une oeuvre 100% personnelle.

Né entre les quatre murs du Motown Museum, de l’impulsion d’Alexandre Lapointe, bassiste avec plus de 20 ans de carrière auprès de noms tels que Joel Campbell (directeur musical de Tina Turner et Janet Jackson), The Brooks a d’abord été sollicité par le mythique jazz club Diese Onze. De cette première sollicitation a résulté les résidences/soirées/jams Soul Therapy.

Trois années durant, ces soirées ont connu le succès dès la première édition. L’épicentre d’un rendez-vous incontournable pour tout un vivier artistique. De cette résidence, s’est consolidé un noyau dur. De ce noyau dur s’est formé un groupe soudé.

En figure de proue : Alan Prater ! Le musicien originaire de Floride peut se targuer d’avoir partagé la scène avec la fratrie Jackson ! Ses nombreux voyages et expériences ont fait de lui, un membre-clé du jazz montréalais. L’atout majeur du groupe. Si The Brooks était une équipe sportive, Alan Prater serait en pointe..

A la batterie : Maxime Bellavance du binôme Beat Market dont le groove “dansant et rétro-futuriste” se trouve dans plusieurs projets majeurs et underground de la scène canadienne.

A la guitare et au chant : Philippe Look, qui a traversé plus de deux décennies de sessions avec des formations de premier plan, dans des projets rock, downtempo, trip hop, electro… Membre fondateur, il est à l’écriture de plusieurs chansons du groupe.

Aux claviers : Daniel Thouin fait partie intégrante de la scène jazz montréalaise. Autant versé dans le piano acoustique que le synthétiseur, dans l’écriture que dans l’improvisation, dans le son organique que dans les dernières technologies, c’est un artiste bicéphale, doté d’une double vision, capable de magnifier ou diriger les productions.

Au saxophone : le compositeur Sébastien Grenier. Son bagage théorique, appuyé par 20 ans de pratique dans le monde entier pour d’innombrables formations, font de lui un pilier du groupe.

A la trompette : le français Hichem Khalfa qui pratique depuis l’âge de 7 ans. Issu du conservatoire, puis de la Haute École de Musique, ainsi que la McGill University. Il a remporté des prix au Rimouski International Jazz Festival et un prix François Marcaurelle au Off Festival de Montréal, fort de projets jazz ayant rencontré le succès, il a travaillé avec des noms tels que Blitz the Ambassador, Nomadic Massive, Rhonda Ross and Kalmunity.

Aux percussions : Philippe Beaudin apôtres des percussions afro-latines qu’il enseigne et pratique avec la plus grande ferveur. Une pratique qu’il porte sur les scène et les écrans, via les différents projets auxquels il participe.

Une philosophie qui peut se résumer à cela : un art sous sa forme la plus brute / une pratique sous sa forme la plus rigoureuse / des choix, des directions et des mouvements essentiellement motivés par des coups de coeur.

C’est ainsi que The Brooks a récemment croisé la route d’Underdog Records, au détour d’un voyage en France où le groupe s’est amouraché des passionnés de soul qui les ont reçus. Un coup de coeur mutuel, un état d’esprit commun, dont résulte une totale absence d’entrave dans le processus créatif, une fluidité dans le cheminement concept – création – diffusion…

Nouveauté

Turn Up The Sound

Paru le 8 mai 2020

The Brooks nouveau single Turn Up The Sound.

“Huit musiciens qui forment un indéfectible alliage de plaisir et de précision. […] En collectif, la force de frappe est indéniable. Et comme chacun a aussi ses occasions de briller en solo, l’effet «wow!» s’en trouve décuplé. Les gars ont surtout l’air de prendre leur pied. Et à voir le parterre sauter et se déhancher, leur plaisir est contagieux” 

– Geneviève Bouchard | Le Soleil